Les glaçons de McDonald’s contiennent plus de bactéries que l’eau des toilettes

C’est une info à glacer le sang : les glaçons contenus dans les sodas des grandes chaînes de fastfood contiennent plus de bactéries que l’eau des toilettes.

Les grandes enseignes de la restauration rapide sont célèbres pour leurs conditions d’hygiène parfois douteuses, voilà qui ne va pas arranger leurs affaires. Le quotidien britannique Daily Mail a procédé à une analyse biologique comparant les glaçons de McDonald’s, Burger King, Starbuck ou encore KFC avec un échantillon de l’eau de leurs toilettes.

Les journalistes du Daily Mail se sont rendus dans 10 grandes enseignes de la restauration rapide afin d’y prélever, avec la complicité des employés, des glaçons et des échantillons d’eau des toilettes. Stockés dans des sacs stériles, ils les ont ensuite fait analyser par le très sérieux laboratoire Microtech Services, accrédité par le gouvernement du Royaume-Uni.

Le résultat est pour le moins parlant : dans 6 cas sur 10, les glaçons contiennent plus de bactéries que l’eau des toilettes. Les experts incriminent les machines à glaçons, qui ne seraient pas assez fréquemment nettoyées ou, pire, des employés peu consciencieux qui ne se laveraient pas les mains. Beurk !

Bien que les cubes de glaces ne présentent aucun danger pour la santé, cette donnée suffirait à fermer les établissements concernés pour non-respect des normes sanitaires. KFC et Burger King, qui figurent parmi les mauvais élèves, n’ont pas hésité à faire savoir qu’ils prendraient des mesures afin de régler le problème. Chez Mcdonald’s, on préfère user de mauvaise foi, en contestant l’étude et en refusant d’appliquer de nouvelles normes en matière d’hygiène.

(source : bio à la une)
Publicités

Le saviez vous, chez Pizza Hut le fromage est « analogue »!

Fromage utilisé chez Pizza Hut. Un faux fromage plus vrai que nature… le fromage ‘analogue’.

Article étonnant de Paule Neyrat, diététicienne au sujet d’un faux fromage dont les consommateurs ignorent certainement l’existence.

« Ça ressemble au fromage, ça a le goût du fromage et c’est un scandale alimentaire »

Et il est consommé dans nombre de pizzas, lasagnes, burgers et autres plats industriels contenant du fromage genre gouda, mozzarella, emmental.

Il existe deux versions de fromage analogue inventées par CARGILL, fabricant américain de produits pour l’industrie agro-alimentaire implanté dans 63 pays….. ça laisse rêveur !

1) La pâte composée de 15 % de protéines laitières, d’huile de palme (la moins chère mais la plus toxique car c’est une graisse dite ‘Trans’ qui a des effets délétères sur la santé) et d’exhausteurs de goût qui existe depuis 2007.

2) L’autre pâte dite le « Lygomme TACH Optimum, » destiné au marché européen et datant de 2009, est composée de trois amidons, d’un galactomannane (E 410,412, 417), d’un carraghénane (E 407), tous deux gélifiants, et d’arômes.

Quoi de plus appétissant ?

Et il a fait partie des trois nominés aux Food Ingredients Excellence Awards 2009, catégorie « Innovation de l’année pour la Laiterie ». Ce Lygomme est intéressant pour les industriels car il coûte 60 % de moins que l’autre fromage analogue (et 200 % de moins qu’un vrai fromage) : les firmes se sont ruées dessus depuis la flambée du prix du lait.

En plus, CARGILL se glorifie d’avoir inventé un « aliment bon pour la santé » car son Lygomme ne contient pas de graisses saturées, ni de lactose et convient aussi bien à l’alimentation halal que kasher (bref, un gros mensonge pour vendre à tout le monde ce qui ne convient en fait à personne).

Vous croyez manger du fromage (donc des protéines et du calcium) avec votre pizza, vos lasagnes, votre burger et vous absorbez une infâme pâte qui vous démolit la santé.

Le comble de l’hypocrisie : la CEE a autorisé l’emploi de ce  « fromage analogue »  à condition que les ingrédients qui le composent soient indiqués sur l’étiquette….

Mais qui va regarder ces minuscules caractères ?

Qui va déchiffrer que le galactomannane et le carraghénane, c’est le fromage ?

Amoureux des vrais fromages : soyez encore plus vigilants ! !

Pour Info, la sauce tomate utilisée sur ces aliments est aussi à la tomate ce que ce fromage analogue est à la vraie mozzarella : la sauce tomate utilisée est un assemblage de produits bon marché mais artificiellement goûteux qui sont additionnés à une base de ketchup lui aussi de la plus basse qualité.

Les exemples similaires sont très nombreux. Merci Pizza Hut et l’industrie agro-alimentaire en général (appuyée par la grande distribution) qui nous sert de la merde. Et après ça, on viendra décréter qu’il est très étonnant d’assister à une véritable et inexplicable « épidémie mondiale de maladies humaines » comme l’obésité, le diabète, les allergies, les maladies cardio-vasculaires ou les cancers …

Le but est bien évidemment de faire de l’argent, beaucoup d’argent, d’abord en nous vendant des produits «faciles» et «standardisés» dont le prix de revient est le plus bas possible et ensuite de nous rendre dépendants des médicaments qui vont soi-disant résoudre nos problèmes de santé … Un cercle vicieux qui touche tout le monde et encore plus les plus précarisés d’entre nous (mais il faut dire qu’ils sont de plus en plus nombreux et sont de fidèles clients).

Réfléchissez et soyez critiques quand vous consommez : la qualité de vie n’a pas de prix…

(source : santé – nutrition)

Pourquoi il ne faut plus manger les frites de Mc Donalds ?

Les frites de McDonald sont bien loin d’être de simples pommes de terre. Il s’avère en fait qu’elles sont composées de 17 ingrédients.

les-frites-de-mcdonaldEn voici quelques-uns :

Arôme naturel : obtenu à partir d’une source végétale qui contient possiblement le nerf et la toxine du cerveau, soit le glutamate monosodique (MSG).

Pommes de terre : de mauvaise qualité.

Dextrose : un type de sucre.

L’huile de canola : génétiquement modifiée (OGM).

L’huile de soja hydrogénée : Le procédé d’hydrogénation de l’huile la rend encore plus malsaine que dans sa formule naturelle (OGM).

L’huile de carthame : L’huile de carthame contient un niveau élevé d’oméga-6, soit 10 073 mg par cuillère à soupe, mais ne contient aucun oméga-3. Sachez qu’une des façons les plus rapides de s’enflammer est de ne pas manger suffisamment d’acides gras oméga-3 et de manger trop d’oméga-6. L’inflammation cause d’ailleurs plusieurs maladies.

Diméthylpolysiloxane : Cette substance est présente dans la majorité des éléments frits proposés dans les menus de restauration rapide. Elle est aussi présente dans le shampooing et le conditionneur, les produits à polir, la pâte à modeler, les lentilles de contact, les produits de calfeutrage, les cosmétiques, les huiles résistantes à la chaleur, etc.

Pyrophosphate : un acide de sodium. Cet ingrédient est utilisé pour maintenir la couleur des frites. L’industrie chimique le répertorie comme dangereux en cas d’ingestion. Il provoque une inflammation. Sa surconsommation peut entraîner des niveaux de phosphore dans le sang qui peuvent contribuer à l’ostéoporose.

TBHQ : Un préservatif à base de pétrole lié à la perturbation des hormones, à l’asthme et aux maladies de la peau. A long terme, il peut endommager l’ADN et engendrer un cancer. Cet additif peut être trouvé dans la composition de 18 articles du menu de McDonald.

Acide citrique : de la moisissure noire (OGM).

Huile végétale pour la friture : un mélange de sept ingrédients, soit l’huile de soja (OGM), l’acide citrique (OGM), l’huile de canola (OGM), l’huile de maïs (OGM), l’huile de soja hydrogénée avec butylhydroquinone tertiaire (OGM) et le polydiméthylsiloxane.

(source : santé plus mag)

Le chef hamburger Jamie Oliver prouve que les hamburgers de McDonalds sont « impropres à la consommation »

Jamie OlivierJamie Oliver a remporté son long combat contre l’une des plus grandes chaînes de fast food au monde, McDonald’s.

Après qu’Oliver ai montré comment les hamburgers McDo étaient fabriqués, la chaîne franchisée a finalement annoncé qu’elle changera ses recettes, annonce à peine reprise dans les médias. Oliver ne cesse d’expliquer, depuis des années, dans des documentaires, des émissions de télé et des interviews, que les parties grasses de la viande de bœuf sont « lavées » dans de l’hydroxyde d’ammonium et utilisées pour les hamburgers. Avant ce procédé de « lavage », selon Oliver, la viande est réputée impropre à la consommation humaine. Il explique que « fondamentalement, nous prenons un produit qui serait vendu dans des filières discount pour chiens, et qui, après ce procédé, est donné aux êtres humains ».

Outre la faible qualité de la viande, l’hydroxyde d’ammonium est dangereux pour la santé. Oliver parle du fameux « procédé pink slime ».

Qu’est-ce que le « pink slime » ? C’est un additif bon marché à base de viande de bœuf qui peut être ajouté à de la viande hachée ou transformée et servant ainsi d’agent de remplissage. Il se compose de morceaux de bœuf haché finement, de tendons, de graisse, de tissus conjonctifs qui ont été retirés mécaniquement dans une centrifugeuse chauffée à 38 °C afin d’en produire une pâte. Cette dernière est traitée à l’ammoniac ou à l’acide citrique pour l’élimination des bactéries, puis est finement broyée, pressée en blocs et surgelée pour son utilisation industrielle. Créé par Eldon Roth, le pink slime a été autorisé pour la nourriture des animaux autres que l’homme avant d’être, en 2001, autorisé pour la consommation humaine aux États-Unis.

Dans l’une de ses démonstrations hautes en couleur, Oliver montre aux enfants comment sont faits les nuggets. Après avoir mis de côté les meilleures parties du poulet, les restes (la graisse, la peau et les organes internes) sont traités pour devenir des nuggets.

En réponse à la mauvaise presse dont ce procédé a souffert grâce à Oliver, l’entreprise Arcos Dorados, le directeur de la franchise McDonalds en Amérique Latine, a dit qu’un tel procédé n’était pas pratiqué dans leur région. A noter qu’il en serait de même en Irlande et en Grande Bretagne où la viande provient de fournisseurs locaux.

Aux États-Unis, Burger King et Taco Bell avaient déjà abandonné l’utilisation de l’ammoniac dans leurs produits. L’industrie alimentaire utilise l’hydroxyde d’ammonium comme agent antimicrobien dans les viandes, ce qui a permis à McDonalds de détourner la « viande non comestible » et de l’utiliser autrement.

Le plus inquiétant est surtout le fait que, sous prétexte que l’hydroxyde d’ammonium est autorisé, par l’USDA (Département de l’Agriculture des États-Unis), comme composant dans la procédure de fabrication, les consommateurs ne savent pas quand ce produit chimique se retrouve dans leur nourriture.

Sur le site officiel de McDonalds, la société affirme que leur viande n’est pas chère parce que, le fait de servir chaque jour autant de personnes, leur permet d’acheter à bas prix à leurs fournisseurs et d’offrir ainsi des produits de la meilleure qualité.

Mais si le « pink slime » était vraiment la « meilleure qualité » que McDonald’s puisse trouver aux Etats-Unis, alors pourquoi ont-ils pu faire mieux en Amérique Latine et en Europe ? Plus précisément, pourquoi ne peuvent-ils apparemment pas faire mieux aux Etats-Unis ?

Toutes ces questions sont restées sans réponse de la part de McDonalds qui a nié que la décision de changer leur recette était liée à la campagne de Jamie Oliver.

Sur son site, McDonalds a admis qu’ils avaient abandonné le procédé.

(source : santé – nutrition)