La médecine cubaine a découvert le vaccin contre le cancer

vaccin_cancer_du_poumonLa nouvelle fait déjà grand bruit dans le monde médical occidental. Les américains sont fous de rage. Les chercheurs cubains annoncent que le CIMAVAX EGF, un vaccin cubain contre le cancer du poumon a prouvé son efficacité.

Des millions de patients dans le monde vont pouvoir être sauvés. Selon la correspondante de CCN, la recherche cubaine accorde une priorité au combat contre le cancer. Le cancer du poumon est considéré comme l’un des cancers les plus graves, fréquents et mortels au monde. L’Organisation Mondiale de la Santé a fait savoir que cette maladie tue chaque année 5 millions de personnes, et que la tendance est à la hausse.

On estime qu’en 2030 8 millions de personnes mourront par an de cette maladie. À Cuba, 20 000 personnes meurent chaque année de cancer du poumon. Elle est la principale cause de mort dans 12 des 15 provinces cubaines. Des chercheurs du Centre d’Immunologie moléculaire de La Havane ont mis au point le vaccin thérapeutique Cimavax EGF, qui est le résultat de 25 ans de recherche sur les maladies associées au tabagisme.

Le docteur Gisela Gonzalez qui a dirigé l’équipe de chercheurs qui a créé le vaccin pense que grâce à ce médicament le cancer du poumon pourrait devenir une maladie chronique contrôlable, car le vaccin favorise la génération d’anticorps contre les protéines qui déclenchent la prolifération sans contrôle des cellules cancérigènes. Le vaccin est appliqué chez des patients souffrant de cancer du poumon très avancé (stade 3 et 4) qui n’ont pas de réponse positive à d’autres traitements comme la chimiothérapie et la radiothérapie. Il améliore de façon significative la qualité de la vie des patients en stade terminale.

(source : eddenya)

Publicités

Le thé anti-cancer que l’industrie pharmaceutique ne veut pas que vous buviez

thé essiac

Le cancer est la deuxième cause de décès (après les maladies cardiovasculaires) en France selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. Le monde occidental consacre des milliards chaque année aux traitements conventionnels du cancer avec des résultats limités. Les plantes et les extraits de plantes naturelles et bon marché telles que le thé Essiac sont très prometteuses pour aider beaucoup de personnes qui souffrent du cancer et d’autres maladies chroniques.

Des traitements naturels puissants et efficaces du cancer qui aident le corps à guérir ont été découverts et utilisés depuis des années. Malheureusement, beaucoup de ces stratégies naturelles ont été combattues par les organismes de santé publique et la médecine dominante. L’une des approches naturelles qui a été utilisée avec succès est le thé Essiac.

L’histoire du thé Essiac

Il est dit que le thé Essiac est une ancienne recette préparée par les tribus amérindiennes Ojibwe qui peuplent des régions du Canada et du nord des États-Unis. Il était appelé le « Thé de Vie Ojibwe ». Une infirmière canadienne, Rene Caisse, a été la première à l’utiliser pour aider ses patients en convalescence après diverses formes de cancer. (Essiac est « Caisse » épelé à l’envers).

Rene Caisse a commencé à voir des résultats remarquables avec ses patients et a voulu rendre cet élixir largement disponible. Dans les années 1920, elle a commencé à travailler avec le Dr Charles Brusch pour établir la formule d’un mélange à base de plantes similaire à la boisson originale qui a été étudiée en laboratoire.

Rene Caisse et le Dr Brusch ont commencé à promouvoir l’usage du thé Essiac comme traitement alternatif du cancer efficace et abordable. Cela a attiré l’attention de l’industrie médicale qui a répandu des rumeurs sur les risques pour la santé associés à la consommation du thé Essiac. En raison de cette pression, la Federal Drug Administration (FDA) n’a pas approuvé le thé Essiac comme l’un des traitements du cancer. Encore maintenant, la FDA répertorie le thé Essiac comme un nouveau médicament qui n’est pas généralement reconnu comme sûr.

En dépit de l’attention négative qu’ils ont reçue des agences de santé publique, Rene Caisse et le Dr Brusch ont vu de nombreux témoignages de patients qui utilisaient le thé Essiac pour soigner diverses formes de cancer. En 1938 (bien avant l’internet), Rene Caisse a été soutenue par une pétition signée par plus de 55 000 personnes pour lui permettre de continuer à traiter les patients atteints du cancer, après avoir été accusée de pratique illégale de la médecine. Des milliers de témoignages de patients ont conduit à la popularité du thé Essiac bien après la vie de Rene Caisse qui est décédée en 1978 à l’âge de 90 ans. Ce remède à base de plantes peut maintenant se trouver dans les magasins diététiques en France et au Canada et est un produit populaire vendu sur internet.

Recette du Thé Essiac

Il y a quatre plantes qui rendent ce thé Essiac si efficace. Ces plantes aident à détruire la prolifération des mauvaises bactéries, virus et parasites, et détoxifier le côlon, le foie et les reins.

Ces plantes majeures incluent:

  1. Racine de bardane
  2. Intérieur de l’écorce de l’orme rouge
  3. Petite oseille
  4. Racine de rhubarbe indienne

Une recette plus récente nommée Flor Essence contient cette recette originale et comprend l’ajout de 4 autres plantes :

  1. Cresson
  2. Chardon béni
  3. Trèfle rouge
  4. Kelp

Le thé Essiac améliore la fonction immunitaire

Les traitements conventionnels du cancer augmentent la charge toxique de l’organisme et ils détruisent le système immunitaire de la personne. Le thé Essiac, d’autre part, a démontré sa capacité à :

  • renforcer le système immunitaire
  • améliorer sa capacité à répondre à l’infection
  • aider le corps à éliminer les toxines
  • procurer un soulagement de la douleur qui est le bienvenu pour tous ceux qui souffrent d’une maladie chronique.

Certaines entreprises qui préparent le thé Essiac recommandent de ne pas l’utiliser en conjonction avec les traitements conventionnels du cancer. Ceci est fondé sur l’idée que le système immunitaire est si endommagé par les traitements conventionnels que le thé Essiac est incapable de relancer la réponse immunitaire du corps.

Beaucoup d’autres personnes croient que tous les patients atteints de cancer ou les personnes immunodéprimées bénéficieront de l’utilisation du thé Essiac en raison de ses puissants nutriments qui soutiennent le système immunitaire.Les données cliniques restent en revanche limitées du fait du manque de financement de la recherche pour cet élixir.

Une source concentrée d’antioxydants

Le stress oxydatif est une condition caractérisée par les dommages que provoquent les radicaux libres dans le corps qui provoquent l’instabilité cellulaire et l’inflammation chronique. Cet état de stress oxydatif élevé est un facteur majeur dans la formation des cellules cancéreuses et d’autres maladies chroniques. Les composés antioxydants neutralisent les radicaux libres et atténuent le stress oxydatif et sont par conséquent des composés clés dans une stratégie de prévention du cancer.

Le thé Essiac est riche en phytonutriments antioxydants, flavones, anthraquinones, et tanins. Il est également riche en polysaccharides qui soutiennent le système immunitaire, comme le bêta-sitostérol qui alimentent et renforcent les cellules immunitaires.5 Des études ont montré que des concentrations de thé Essiac variées réduisent le développement des radicaux libres jusqu’à 84%.

Les laboratoires pharmaceutiques fabriquent des médicaments contre le cancer à partir de ces mêmes sources antioxydantes. L’adriamycine, un médicament de chimiothérapie approuvé par la FDA pour traiter 13 formes de cancer, contient ces mêmes anthraquinones.5,10

Le cocktail antioxydant du thé Essiac est également une défense puissante contre les radicaux libres superoxydes. Les radicaux superoxydes activent d’autres radicaux libres et créent une tempête cauchemardesque de stress oxydatif dans le corps. Le bêta-sitosterol qui soutient l’immunité aide à neutraliser les dangereux radicaux superoxydes.

Le thé Essiac peut réduire les mutations cellulaires

La racine de bardane est l’ingrédient majeur du thé Essiac et elle est riche en anthraquinone, l’antioxydant qui s’est révélé capable de réduire les mutations cellulaires et empêcher la croissance tumorale. Plusieurs études de cas ont rapporté que le thé Essiac aidait à voir une régression de la taille des tumeurs et de la sévérité des symptômes. Ces patients souffraient de différentes formes de cancer incluant le cancer de l’utérus, de la prostate et du côlon ainsi que des excroissances à la surface de la peau.

Plusieurs études sur les animaux ont montré que l’utilisation du thé Essiac diminue la capacité des cellules tumorales à se multiplier. Les chercheurs ont remarqué une diminution de la croissance des cellules normales dans ces cas mais l’extrait végétal a été efficace pour empêcher la prolifération des cellules cancéreuses à un taux supérieur.

Utilisation du thé Essiac en toute sécurité

L’utilisation du thé Essiac a été une stratégie très efficace pour des milliers de personnes au cours du siècle dernier. Ces plantes sont sûres et généralement bien tolérées par l’organisme. Utiliser le thé Essiac peut être un excellent outil thérapeutique pour vous afin de prévenir le cancer et soutenir le système immunitaire.

La dose typique recommandée est de 30 ml une fois par jour, diluée avec 60 ml d’eau chaude. Il devrait être bu lentement, à petites gorgées, comme un thé chaud et de préférence avant de se coucher et au moins deux heures après avoir mangé. On devrait éviter de manger pendant au moins une heure après avoir bu ce thé.

Il est toujours conseillé de consulter votre médecin ou praticien holistique avant de commencer un quelconque nouveau traitement. Le thé Essiac n’est pas recommandé pour les patients du cancer du cerveau parce qu’il peut provoquer un œdème, ce qui pourrait être mortel si cela crée trop de pression dans la cavité cérébrale.

(source : santé – nutrition)

La rhubarbe pour lutter contre le cancer

Des scientifiques chinois et américains ont prouvé que le pigment rouge présent dans la rhubarbe est capable de stopper le développement des cellules tumorales. Une fois encore, la nature met à notre portée des solutions simples à des problèmes compliqués.

rhubarbe-900x389

La rhubarbe pour lutter contre le cancer

On savait que les fruits étaient bons pour la santé, mais une nouvelle étude va encore plus loin. En effet, des chercheurs de l’Université Emory à Atlanta (États-Unis), associés à des confrères chinois de l’université de Pékin, ont découvert que le pigment qui donne sa couleur rouge à la rhubarbe pourrait être un formidable outil dans la lutte contre le cancer.

Les symptômes du cancer apparaissent d’abord sur vos mains : ne les ignorez pas !

Les différents types de cancer donnent différents symptômes et nécessitent différentes thérapies et traitements. Cependant, il y a une chose que tous les cancers ont en commun : les premiers symptômes apparaissent sur les mains.

Des scientifiques britanniques suggèrent que les premiers signes d’un possible cancer apparaissent sur les mains sous la forme de gonflements ou de fissures, d’épaississement ou de callosités.Malheureusement, ces symptômes sont généralement ignorés au lieu d’être signalés à un médecin.

Si vous vous faites examiné par un médecin à temps, ils peuvent aider à détecter le cancer dans son stade précoce, ce qui donne suffisamment de temps à la fois au médecin et au patient à agir, mais augmente aussi les chances de réussite des traitements.

Si vous avez un de ces symptômes, consultez immédiatement votre médecin !

(source : eddenya)

97% des malades atteints du cancer en phase terminale ont précédemment subi cette intervention dentaire

Avez-vous une maladie dégénérative chronique ? Si oui, avez-vous été informé que « c’est juste dans votre tête ? ». Eh bien, ce n’est peut-être pas loin de la vérité…

La cause réelle de votre maladie pourrait se trouver dans votre bouche.

Il y a une procédure dentaire fréquente dont presque tous les dentistes vous diront que c’est complètement sans danger, en dépit du fait que les scientifiques ont mis en garde contre ses dangers depuis plus de 100 ans.

Chaque jour aux États-Unis seulement, 41 000 de ces procédures dentaires sont pratiquées sur des patients qui croient qu’ils ont résolu leur problème en toute sécurité et de façon permanente.

Quelle est cette procédure dentaire?

La dévitalisation.

Plus de 25 millions de dévitalisations sont effectuées chaque année dans ce pays.

Les dents dévitalisées sont essentiellement des dents mortes qui peuvent devenir des incubateurs silencieux pour les bactéries anaérobies hautement toxiques qui peuvent, sous certaines conditions, faire leur chemin dans la circulation sanguine et causer un certain nombre de graves affections, dont la plupart peuvent n’apparaître que des décennies plus tard.

La plupart de ces dents toxiques paraissent sans problème pendant de nombreuses années, ce qui rend leur rôle dans une maladie systémique encore plus difficile à retracer.

Malheureusement, la grande majorité des dentistes sont inconscients des graves risques de santé potentiels qu’ils font courir à leurs patients, des risques qui persistent pour le reste de la vie de leurs patients. L’Association Dentaire Américaine (The American Dental Association) prétend que les arbres canalaires des dents dévitalisées se sont avérés sans danger, mais ils n’ont publié aucune donnée ni de réelle recherche pour étayer cette affirmation.

Heureusement, j’ai eu quelques mentors tôt dans ma vie, comme le Dr Tom Stone et le Dr Douglas Cook, qui m’ont enseigné sur cette question il y a près de 20 ans. Sans un dentiste pionnier brillant, qui, il y a plus d’un siècle, fait le lien entre les dents dévitalisées et la maladie, cette cause sous-jacente de la maladie aurait pu rester cachée jusqu’à ce jour. Ce dentiste s’appelait Weston Price et est considéré par beaucoup comme le plus grand dentiste de tous les temps.

Weston A. Price: le plus grand dentiste du monde

La plupart des dentistes rendraient un énorme service à la santé publique s’ils se familiarisaient avec les travaux du Dr Weston Price . Malheureusement, ses travaux sont toujours ignorés et cachés par les professionnels médicaux et dentaires.

Le Dr Price était un dentiste chercheur qui a parcouru le monde pour étudier les dents, les os, et les régimes alimentaires des populations indigènes vivant sans le « bénéfice » de la nourriture moderne. Vers l’année 1900, Price avait traité des infections persistantes de l’arbre canalaire et a suspecté que les dents traitées de cette façon restaient toujours infectées, en dépit des traitements. Puis, un jour, il a recommandé à une femme clouée à son fauteuil roulant depuis 6 ans, de se faire extraire sa dent dévitalisée, même si elle semblait être saine.

Elle a accepté, il a extrait sa dent puis l’a implantée sous la peau d’un lapin. Le lapin a étonnamment développé la même arthrite invalidante que la femme et est mort 10 jours plus tard de l’infection. Mais la femme désormais débarrassée de la dent toxique, a immédiatement récupéré de son arthrite et pouvait alors marcher sans même l’aide d’une canne.

Price a découvert qu’il est mécaniquement impossible de stériliser une dent dévitalisée et obturée.
Il a ensuite montré que de nombreuses maladies dégénératives chroniques proviennent de racines obturées, la plus fréquente étant des maladies de coeur et circulatoires. Il a trouvé effectivement 16 agents pathogènes bactériens différents pour ces affections. Mais il y avait aussi de fortes corrélations entre les dents aux racines obturées et les maladies des articulations, du cerveau et du système nerveux. Le Dr Price a ensuite écrit deux livres révolutionnaires en 1922, détaillant ses recherches sur le lien entre la pathologie dentaire et les maladies chroniques. Malheureusement, son travail a été délibérément enterré pendant 70 ans, jusqu’à ce que, finalement, un endodontiste nommé George Meinig reconnaisse l’importance du travail de Price et cherche à faire connaître la vérité.

Le Dr Meinig fait avancer les travaux du Dr Price

Le Dr Meinig, originaire de Chicago, était capitaine dans l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale avant de déménager à Hollywood pour devenir un dentiste pour les stars. Il a fini par devenir l’un des membres fondateurs de l’Association Américaine des Endodontistes (les spécialistes de l’arbre canalaire).

Dans les années 1990, il a passé 18 mois immergé dans la recherche du Dr Price. En juin 1993, le Dr Meinig a publié le livre Root Canal Cover-Up (le secret sur l’arbre canalaire), qui continue à être la référence la plus complète à ce sujet aujourd’hui. Vous pouvez commander votre exemplaire directement à Price-Pottenger Foundation.

Ce que les dentistes ne savent pas sur l’anatomie de vos dents

Vos dents sont faites des substances les plus dures de votre corps.

Au milieu de chaque dent, se trouve la chambre pulpaire, une structure interne vivante qui abrite les vaisseaux sanguins et les nerfs. Autour de la chambre pulpaire se trouve la dentine, qui est faite de cellules qui sécrètent une substance minérale dure et vivante. La couche la plus externe et la plus dure de votre dent est l’émail blanc qui enrobe la dentine.

Les racines de chaque dent descendent dans votre mâchoire et sont maintenues en place par le ligament parodontal. A l’école dentaire, les dentistes apprennent que chaque dent a quatre canaux principaux. Cependant, il y a des canaux accessoires qui ne sont jamais mentionnés (canalicules dentinaires). Ils font littéralement, des kilomètres!

Tout comme votre corps a de grands vaisseaux sanguins qui se ramifient en très petits capillaires, chacune de vos dents a un labyrinthe de minuscules tubes qui, s’ils étaient étalés, mesureraient 4,5 kilomètres. Weston Price a identifié pas moins de 75 canaux accessoires séparés dans une seule incisive centrale (dent de devant). Pour une explication plus détaillée, se reporter à un article de Hal Huggins, DDS, MS, sur le site de la Fondation Weston A. Price. (Ces images sont empruntées à l’article de Huggins).

Des organismes microscopiques se déplacent régulièrement dans et autour de ces tubules, comme les spermophiles dans les souterrains.

Quand un dentiste effectue un traitement de canal, il ou elle creuse la dent, puis remplit la cavité avec une substance (appelée gutta-percha), qui coupe la dent de son approvisionnement en sang, de façon à ce que les fluides ne puissent plus circuler dans la dent. Mais le labyrinthe de minuscules tubes reste. Et les bactéries, coupées de leur approvisionnement alimentaire, se cachent dans ces tunnels où elles sont remarquablement à l’abri des antibiotiques et de vos propres défenses immunitaires.

La cause profonde de nombreuses maladies

Sous le stress de la privation d’oxygène et de nutriments, ces organismes jusqu’alors amis se transforment en anaérobies plus forts, plus virulents qui produisent une variété de toxines puissantes. Ce que furent des bactéries amies ordinaires, mutent en des agents pathogènes hautement toxiques qui rôdent dans les tubules (canalicules) de la dent morte, juste dans l’attente d’une occasion de se propager.

Aucune stérilisation si forte soit-elle ne s’est avérée efficace pour atteindre ces tubules et à peu près toute dent dévitalisée a été trouvée colonisée par ces bactéries, en particulier autour de l’apex et le ligament parodontal. Souvent, l’infection s’étend dans la mâchoire elle-même où elle crée des cavitations de zones de tissu nécrotiques.

Les cavitations sont des zones d’os non cicatrisées, souvent accompagnées par des poches de tissu infecté et de gangrène. Quelquefois, elles se forment après l’extraction d’une dent, (comme l’extraction d’une dent de sagesse), mais elles peuvent également suivre un canal radiculaire. Selon la Fondation Weston Price, dans les dossiers de 5000 nettoyages de cavitations chirurgicales, seulement deux ont été trouvées guéries.

Et tout cela a lieu avec peu, ou pas du tout de symptômes associés. Ainsi, vous pouvez avoir un abcès sur une dent morte et ne pas en prendre conscience. Cette infection locale dans la zone immédiate de la racine de la dent dévitalisée est assez mauvaise, mais les dégâts ne s’arrêtent pas là.

Les dents dévitalisées peuvent conduire à des maladies de coeur, des reins, des os, et du cerveau

Tant que votre système immunitaire reste fort, les bactéries qui s’égarent loin de la dent infectée sont capturées et détruites. Mais une fois que votre système immunitaire est affaibli par quelque chose comme un accident ou une maladie ou d’autres traumatismes, votre système immunitaire peut être incapable de garder l’infection en échec.

Ces bactéries peuvent migrer dans les tissus environnants par la voie de votre circulation sanguine où elles sont transportées vers de nouvelles zones pour s’y installer. Le nouvel emplacement peut être n’importe quel organe ou glande ou tissu.

Le Dr Price a pu transmettre des maladies hébergées par l’homme à des lapins, en implantant des fragments de dents dévitalisées, comme décrit plus haut. Il a trouvé que des fragments de dent dévitalisée d’une personne qui avait subi une crise cardiaque, implantés sur un lapin, provoqueraient une crise cardiaque chez le lapin en quelques semaines après l’implantation.
Il a découvert qu’il pouvait transférer une maladie cardiaque au lapin dans 100 % des cas. D’autres maladies sont transférables à plus de 80 % par ce procédé. Presque toutes les maladies dégénératives chroniques ont été liées à des dents dévitalisées, comme:

  • Maladies cardiaques
  • Maladie des reins
  • L’arthrite, les maladies articulaires et rhumatismales
  • Maladies neurologiques (y compris la sclérose amyotrophique latérale et la sclérose en plaques).
  • Maladies auto-immunes (Lupus, et autres)

Il peut également y avoir un lien avec le cancer. Le Dr Robert Jones, un chercheur sur la relation ente les dents dévitalisées et le cancer du sein, a trouvé une très forte corrélation entre les deux. Il déclare avoir trouvé les corrélations suivantes dans une étude de cinq ans de 300 cas de cancers du sein:

  • 93 % des femmes atteintes d’un cancer du sein avaient des dents dévitalisées
  • 7 % avaient une autre pathologie buccale
  • Les tumeurs, dans la majorité des cas, se produisaient du même côté du corps que la dent dévitalisée ou d’autre pathologies buccales.

Le Dr Jones affirme que les toxines de bactéries dans une dent ou la mâchoire infectée sont capables d’inhiber les protéines qui suppriment le développement des tumeurs. Un médecin allemand a rapporté des résultats similaires. Le Dr Josef Issels a rapporté que, dans ses 40 années de traitement des patients cancéreux « terminaux », 97 % de ses patients atteints de cancer avaient des dents dévitalisées. Si ces médecins voient juste, le remède contre le cancer peut être aussi simple que d’arracher une dent, puis de reconstruire votre système immunitaire.

Les bonnes bactéries deviennent des mauvaises bactéries

Comment ces bactéries buccales mutantes sont-elles reliées aux maladies du coeur ou à l’arthrite? L’ADA (The American Dental Association )et le AAE (The American Association of Endodontists) déclarent que c’est un « mythe » que les bactéries trouvées dans les dents dévitalisées et autour puissent provoquer des maladies. Mais ils se fondent sur l’hypothèse erronée que les bactéries de ces dents malades sont les MEMES que les bactéries normales de votre bouche – et ce n’est clairement pas le cas.

Aujourd’hui, les bactéries peuvent être identifiées en utilisant l’analyse de l’ADN, qu’elles soient mortes ou vivantes, à partir de leurs signatures d’ADN.

Dans une poursuite des travaux du Docteur Price, le Toxic Element Research Foundation (TERF) (Fondation de Recherche des Eléments Toxiques), a effectué l’analyse d’ADN pour examiner les dents dévitalisées, et ils ont trouvé une contamination bactérienne dans 100 % des échantillons testés. Ils ont identifié 42 espèces différentes de bactéries anaérobies dans 43 échantillons d’arbres canalaires. Dans la cavitation, 67 bactéries différentes ont été identifiées parmi les 85 échantillons testés, avec des échantillons individuels abritant de 19 à 53 types de bactéries chacun. Les bactéries qu’ils y trouvaient comprennent les types suivants:

  • Capnocytophagaochracea
  • Fusobacteriumnucleatum
  • Gemellamorbillorum
  • Leptotrichiabuccalis
  • Porphyromonasgingivalis

Est-ce qu’il s’agit de simples bactéries buccales bénignes ? Absolument pas. Quatre peuvent affecter votre cœur, trois peuvent affecter vos nerfs, deux peuvent affecter vos reins, et deux peuvent affecter votre cerveau et une peut infecter vos sinus….. alors, elles sont tout sauf amicales ! (Si vous voulez voir à quel point elles peuvent être hostiles, je vous invite à aller plus loin en étudiant dans les notes de bas de page).

Environ 400 pour cent plus de bactéries ont été trouvées dans le sang autour de la dent dévitalisée que dans la dent elle-même, ce qui suggère que la dent est l’incubateur et le ligament parodontal l’approvisionnement alimentaire. L’os entourant les dents dévitalisées comporte un nombre encore plus élevé de bactéries…. ce qui n’est pas étonnant, car l’os est le buffet virtuel des nutriments des bactéries.

Depuis quand est-ce une bonne idée de laisser une partie du corps morte dans votre corps?

Il n’existe aucune autre procédure médicale impliquant de laisser une partie morte dans votre corps. Lorsque votre appendice est mort, on le retire. Si vous avez des engelures, ou la gangrène sur un doigt ou un orteil, il est amputé. Si un bébé meurt in utéro, le corps déclenche généralement une fausse couche.

Votre système immunitaire n’aime pas les substances mortes et la seule présence d’un tissu mort peut conduire votre système à lancer une attaque, ce qui est une autre raison d’éviter de dévitaliser une dent, ce qui revient à laisser une dent morte.

L’infection, plus la réaction de rejet auto-immun, entraînent une accumulation de bactéries autour des tissus morts. Dans le cas d’un arbre canalaire, les bactéries ont la possibilité de se déverser dans votre sang à chaque fois que vous mordez.

Pourquoi les dentistes s’accrochent à la croyance que les dents dévitalisées sont sans danger

L’ADA rejette le témoignage du Dr Price, affirmant que les dents dévitalisées sont sûres, mais ils n’offrent pas de données publiées ni de recherches réelles à l’appui de leur déclaration. L’American Heart Association (L’Association Américaine pour le Coeur) recommande une dose d’antibiotiques avant de nombreuses procédures dentaires de routine pour prévenir l’endocardite infectieuse (IE) si vous avez certaines maladies cardiaques qui vous prédisposent à ce type d’infection.

Donc, d’une part, l’ADA reconnaît que les bactéries buccales peuvent faire le chemin de votre bouche à votre cœur et provoquer une infection potentiellement mortelle.

Mais en même temps, l’industrie nie avec véhémence toute possibilité que ces mêmes bactéries toxiques – des souches connues pour être pathogènes pour l’homme, puissent se cacher dans les racines de vos dents mortes pour être libérées dans votre sang chaque fois que vous mâchez, et nuire ainsi à votre santé de multiples façons.

Est-ce qu’il n’y a donc aucun lien? Ou se pourrait-il qu’il y ait une autre raison pour laquelle tant de dentistes, ainsi que l’ADA et l’AAE refusent d’admettre que les dents dévitalisées sont dangereuses? Eh bien, oui, il y a une raison. Les dents dévitalisées sont la procédure la plus rentable en dentisterie.

Ce que vous devez savoir pour ÉVITER une dévitalisation

Je recommande fortement de ne jamais faire dévitaliser une dent. Risquer votre santé pour préserver une dent n’a tout simplement pas de sens. Malheureusement, il y a beaucoup de gens qui en ont déjà. Si vous en avez, vous devriez sérieusement envisager de faire enlever cette dent, même si elle paraît saine. Rappelez-vous, dès que votre système immunitaire est compromis, votre risque de développer un problème médical grave augmente – et les agressions contre votre système immunitaire sont beaucoup trop fréquentes dans le monde d’aujourd’hui.

Si on vous enlève une dent, il y a quelques options qui s’offrent à vous.

  1. Une prothèse partielle: c’est une prothèse amovible, c’est l’option la plus simple et la moins coûteuse.
  2. Un bridge: c’est un montage plus permanent qui ressemble à une vraie dent, mais est un peu plus compliqué et coûteux.
  3. Un implant: c’est une dent artificielle permanente, généralement en titane, implantée dans vos gencives et la mâchoire. Il y a quelques problèmes en raison de réactions aux métaux utilisés. Le zirconium est un matériau d’implant plus récent qui est prometteur et présente moins de complications.

Mais se contenter de retirer la dent et insérer une sorte de remplacement n’est pas suffisant.
Les Dentistes apprennent à enlever la dent mais laissent le ligament parodontal. Et comme vous le savez maintenant, ce ligament peut servir de terrain fertile pour les bactéries mortelles. La plupart des experts qui ont étudié dans ce sens, recommandent de retirer le ligament, ainsi qu’un millimètre de la base osseuse, afin de réduire considérablement votre risque de développer une inflammation des tissus infectés par des bactéries restantes.

Je recommande fortement de consulter un dentiste holistique car ils sont particulièrement formés pour faire ces extractions correctement et en toute sécurité, tout en étant aptes à enlever les amalgames au mercure, si nécessaire. Leur approche des soins dentaires est beaucoup plus holistique et considère l’impact sur l’ensemble de votre corps, pas seulement votre bouche.

Si vous avez besoin de trouver un dentiste holistique dans votre région, je recommande de consulter holodent.fr. Cette organisation, créée par Estelle Vereeck, est une organisation très sérieuse qui a lutté pour protéger et éduquer les consommateurs afin qu’ils puissent prendre des décisions meilleures et plus éclairées au sujet de leurs soins dentaires.

(source : santé nutrition)

Une fille de 8 ans a réduit de 75 % sa tumeur grâce à un traitement alimentaire

Encore une belle histoire d’un patient atteint d’un cancer qui a réussi à le traiter par lui même grâce à une régime alimentaire adéquat. Il est clair que la médecine, avec ses chimiothérapies et autres traitements désastreux, n’est pas capable de soigner le cancer ; au contraire, le plus souvent elle les aggrave, plus particulièrement lorsque la personne approche de la phase finale de la maladie.

Le cancer est une maladie métabolique du système, le résultat d’un corps qui manque de nutriments spécifiques, contient trop de toxines, un taux de PH (Potentiel d’Hydrogène) trop bas, signifiant que le corps a un trop plein d’acides. Si le corps de la personne n’est pas suffisamment alimenté par les nutriments essentiels, afin de se régénérer et d’évacuer les toxines, alors il reviendra la plupart du temps.

« Que les aliments deviennent vos médicaments ! »

— Hippocrate, 460 av. J.-C, 370 av. J.-C.

Dans ce cas précis, le taux de PH a été augmenté, ayant causé la baisse du taux d’acidité dans le corps, entraînant par la même occasion la baisse d’activité de la tumeur cancéreuse. Cela a permis au corps de se régénérer lui-même. Il est inquiétant de constater que la plupart des docteurs, soi-disant spécialistes de cette maladie, ne connaissent pas ce traitement. Si vous êtes atteint d’un cancer, les choix qui s’offrent à vous en général sont soit les drogues, soit la chimiothérapie, soit le traitement aux rayons.

Chaque cas est unique et le même traitement n’est pas applicable à chaque fois : il faut adapter chaque traitement et il est important de préconiser ceux qui ont été efficaces plutôt que les traitements officiels qui n’ont jamais vraiment eu de résultats probants. Par exemple, voici un article qui montre comment l’huile de cannabis est efficace contre les tumeurs cancéreuses.

Les opérations chirurgicales, la chimiothérapie et les rayons sont systématiquement présentés comme étant les seules possibilités de traitement du cancer. Combien de fois un patient a-t-il rencontré un médecin qui lui a expliqué que le dichloroacétate (acide a la structure de l’acide acétique dans lequel on aurait remplacé deux des trois atomes d’hydrogène du groupe méthylique par des atomes de chlore ((CHCl2COOH)). Il est préparé par la réduction d’acide trichloracétique) pouvait traiter son cancer ?

Le cancer est une industrie impliquant des centaines de milliards de dollars ; il est difficile de penser que ce sont eux qui ne promeuvent pas les traitements efficaces et peu coûteux, cela leur ferait perdre tous les marchés et tous les bénéfices qu’ils dégagent en commercialisant leurs traitements chimiques.

Cela signifie aussi qu’il faut aller de l’avant, utiliser notre pensée critique, nous faire confiance et faire confiance en la vérité des traitements naturels.

(source : santé – nutrition)