Le chlorure de magnésium

Le Magnésium

Contrairement à ce que beaucoup de gens croient, ce n’est pas de calcium que nous avons le plus besoin, mais de magnésium, un oligo-élément essentiel qui a disparu de notre alimentation en raison du raffinage des céréales d’une part, mais aussi et surtout des méfaits de l’agriculture intensive.

D’autre raisons peuvent être encore invoquées pour la carence alimentaire en magnésium : le raffinage du sel lui fait perdre une grande quantité de magnésium, les conservateurs utilisés dans l’industrie alimentaire, mais aussi la consommation d’alcool.

Nos besoins quotidiens en magnésium sont de 350 à 480 mg/jour – 400 mg/jour pour les femmes enceintes.

Au 19è siècle , alors que notre alimentation était plus équilibré et pas encore dévitalisée par l’agriculture industrielle, la carence en magnésium n’existait pas. Il suffisait de manger 500gr de pain complet au levain qui amenait quotidiennement l’apport nécessaire. Le pain que nous mangeons aujourd’hui n’en apporte que des quantités infimes.

Sachet que l’on trouve très facilement en pharmacie Le magnésium n’est pas un médicament, c’est un aliment absolument nécessaire puisque sont absence totale est incompatible avec la vie. Il est nécessaire à tous les processus biochimiques de votre organisme, au métabolisme, à la synthèse des acides nucléiques et des protéines, et à la majorité des fonctions de notre organisme, comme la reproduction cellulaire, la production d’énergie, la transmission des influx nerveux. Dans ce dernier cas, le magnésium profondément lié au calcium puisqu’il assure sa fixation, est l’un des principaux aliments de la cellule nerveuse ; dans tous les troubles du système nerveux (nervosité, dépression, insomnie, anxiété…) on constate la carence de magnésium.

Le chercheur français ROBINET a montré qu’en France, les carences du sol en magnésium se superposait parfaitement sur la carte de France des suicides. Le magnésium est donc un puissant antidépresseur que l’on devrait privilégier par rapport à certains médicaments aux effets secondaires redoutables.

Dans certains cas, le rôle du magnésium par rapport au calcium est intéressant à bien des égards. Déjà, on sait que c’est le magnésium qui fixe le calcium et intervient dans le métabolisme calcique sur les glandes parathyroïdes. Au niveau cellulaire, il contrôle et régule l’entrée du calcium dans la cellule et les liquides intra-cellulaires.

Problèmes dus au manque de magnésium

Fatigue chronique ainsi que tout manque d’énergie, réactions émotives, dépressions, comportement psychotique, impulsion rapide, confusion, colère, nervosité, irritabilité, incapacité de penser clairement, insomnie, spasmes musculaires, tremblements, convulsions, sensibilité excessive à la douleur, problèmes vasculaires, durcissement des artères, arthrite, maladies cardiovasculaires, fibromalgie, spasme vasculaires, spasmophilie, palpitations, crampes.

On a pu constater que l’apport de chlorure de magnésium à une action très positive sur :

  • L’anxiété et son cortège de signes fonctionnels souvent caractéristiques : sensation de boule dans la gorge, sensation d’oppression thoracique, palpitations, troubles du sommeil, hyperémotivité etc…
  • Douleurs diverses sans explication organique ou fonctionnelle, se traduisant le plus souvent par des céphalées ou migraines, des douleurs vertébrales, des douleurs musculaires et articulaires mal systématisées.
  • L’asthénie matinale : cette fatigue dès le lever étant un signe révélateur très fréquent.
  • Infections diverses : il est générateur d’un anticorps non spécifique, la properdine (protide magnésien) qui est un bactéricide très puissant (les résultats sont ahurissants).
  • L’hyperexcitabilité neuromusculaire, notamment les contractions musculaire incontrôlables au niveau des paupières, crampes musculaires.
  • Artériosclérose et hypertension : il détruit les lipides en excès par effet de catalyse des déshydrates.
  • Etats de chocs (et chocs opératoires) : il prévient les ruptures de métabolisme et rétablit celui-ci.
  • Hyperthyroïde : c’est un régulateur puissant .
  • Rachitisme : il active la phosphatase alcaline des os. Notre corps à la faculté de le transformer en calcium. Le magnésium est une clef à l’absorption du calcium.
  • Tétanie : traitement spécifique de la tétanie. Dans le sang total il y a dans ce cas une chute de 0,035 g d’ion magnésium libre par litre, à 0,015 g par litre.
  • Insuffisance hépatique: il active les enzymes pour la régénération des sucres.
  • Grossesse : à partir du 2ème mois, le taux en magnésium s’effondre généralement chez la femme enceinte, à cause des besoins du foetus.
  • Thrombose : il active les thrombocytes. C’est le meilleur anti-coagulant et le meilleur anti-thrombique. Indispensable les derniers jours avant l’accouchement et les deux semaines suivantes.
  • Equilibre nerveux : le système nerveux est sous la dépendance de l’équilibre calcium / magnésium. S’il y a rupture d’équilibre, le fonctionnement du cerveau en est affecté.
  • Chlorure de magnésium en vrac
  • Digestion : il active les enzymes digestifs.
  • Vitamines : la vitamine C n’est active qu’en présence d’ions magnésium.
  • Système cardio-vasculaire : les ions magnésium aident à fluidifier le sang et à assouplir les vaisseaux, calment les nerfs, empêchent la formation des athéromes. Supprime l’angine de poitrine. Régularise le rythme des battements du coeur, stimule le bon cholestérol, réduit le taux de triglycérides.
  • Vieillissement : avec l’âge , la teneur du sang et des cellules en magnésium tend à baisser. Le magnésium pris à doses régulières freine le vieillissement des cellules (pour les doses régulières prendre plutôt le NIGARI, voir plus loin) et éloigne les radicaux libres .
  • Plaies : toute plaie est une brèche dangereuse laissant place à l’invasion de poisons et de microbes. Le corps réagit immédiatement en mobilisant sur place des anticorps, des leucocytes, des microphages qui s’attaquent aux microbes, des macrophages qui s’attaquent aux gros éléments étrangers, tandis que les thrombocytes tentent de colmater l’ouverture. Le pouvoir phagocytaire des leucocytes, activé par le chlorure de magnésium est augmenté jusqu’à 300%. Toute plaie devrait être traitée par voie interne et externe avec du chlorure de magnésium. Cette méthode ne présente pas les inconvénients des produits alcoolisés qui nécrosent partiellement les cellules de la plaie, entravant ainsi le travail de la cicatrisation.
  • Traitement de recharge: boire le matin à jeun 50 ml de la solution de préférence avec une tisane de son choix ou un jus de fruits ou de légumes. A faire 20 jours suivi d’un arrêt de 10 jours (impératif) puis recommencer si nécessaire. On absorbe donc 1 litre en 20 jours . Ceci peut se faire une saison, ou bien à l’occasion d’un « coup de barre », d’une grossesse, d’un allaitement, d’une maladie quelconque.
  • Traitement cytophylactique d’urgence (activation des moyens de défense) : prise de 60 ml de la solution toutes les 3 heures ou 40 ml toutes les 2 heures. Ceci doit déclencher une diarrhée. La diarrhée est le critère de la réussite et de l’effet du traitement. S’il y a fièvre, elle s’abaisse automatiquement entre 38° et 39°, jamais plus. Cette prise ne doit pas excéder 4 à 5 jours. On peut continuer ensuite à raison de 50 ml le matin et le soir.
  • Si au début la diarrhée est trop forte, réduire la dose. Ne pas s’inquiéter, il n’y a aucun danger.
  • Cette dose massive anti-infectieuse est valable pour toutes les infections, même virales.
  • Cancer : Anticancéreux, il active le pouvoir phagocytaire des leucocytes.
  • Le chlorure de magnésium ne guérit pas le cancer, mais en prévient l’apparition par un usage régulier. Cependant en cas de cancer avéré, il est recommandé d’adjoindre, la prise régulière de chlorure de magnésium ou de delbiase à raison de 4 comprimés par jour, le système immunitaire s’en trouvera renforcé et vous vous sentirez mieux , revigoré et meilleur moral, ce qui peut influer très positivement sur le cours de cette maladie (la gelée royale prise le matin, remonte aussi le moral).
  • Des études géographiques poussée furent entreprises en 1928, les cartes géologiques des régions dont la terre était pauvres en magnésium coïncidaient avec celles des régions ou l’on constatait un nombre important de cancer. La comparaison des deux cartes est saisissante. On peut les confondre.
  • Contre-indication : personne ayant eu les reins fragilisés (par une néphrite par exemple). Le signal se manifeste par une fatigue importante après les prises (dans ce cas prendre du NIGARI).
  • Usage : doses maxima pour les enfants :
  • 5 ans et + : 125 ml toutes les 6 heures ou 40 ml toutes les 2 heures.
  • 4 ans 100 ml toutes les 6 heures.
  • 3 ans 80 ml toutes les 6 heures.
  • 2 ans 20 ml toutes les 2 heures.
  • Nourrissons : de 1à4 cuillères à café toutes les 3 heures.
  • On peut diluer dans un peu d’eau ou du jus de fruits la solution préparée pour atténuer le goût amer.
  • Nigari : en ce qui concerne les cures d’entretien, il est conseillé de prendre plutôt le NIGARI qui est une algue très riche en chlorure de magnésium sous sa forme naturelle (en boutique diététique). Le fait d’habituer l’organisme au chlorure de magnésium (qui est tiré de la mer un peu comme le sel) érode ses réactions, et si soudainement, on a besoin pour une urgence de passer aux doses massives anti-infectieuses, le résultats risque d’être décevant.
  • Quelques paillettes de NIGARI dans les aliments de temps en temps assurent une charge magnésienne adéquate tout au long de l’année.
  • Brûlures : appliquer une compresse de chlorure de magnésium, la douleur cesse immédiatement, il faut toujours avoir chez soi du chlorure de magnésium prêt : 1 sachet ou 20g dans un litre d’eau.
  • Lorsque le pansement est en place, on peut le réhydrater en versant du chlorure de magnésium sans pour autant défaire le pansement. Il n’y aura jamais d’infection.
  • Les animaux : liste des maladies où le chlorure de magnésium se montre efficace : fièvre aphteuse, traitement préventif de l’avortement, septicémie, traitement de la non-fécondation des vaches, traitement de la mammite, bronchite, entérites, météorisation (ballonnements), broncho-pneumonie, maladie de carré (chien), gastro-entérite, diphtérie aviaire, choléra aviaire, typhose aviaire, peste aviaire, pneumonie contagieuse des poulets, diarrhée blanche, coccidiose des lapins etc…

A priori, pourquoi les animaux seraient guéris et pas les humains ?

Un traitement alternatif à la méningite : le chlorure de magnésium !!!

La méningite est, bien souvent, l’effet secondaire le plus grave de la vaccination.

Le chlorure de magnésium, administré à temps, possède une action d’arrêt positive, même dans les cas les plus graves de la méningite. Il s’agit d’agir dès les premiers symptômes. Pour vérifier si la personne malade est atteinte de la méningite, il suffit de lui demander de se soulever la tête lorsqu’elle est en position couchée. Si la personne se plaint d’une douleur significative à la nuque au point d’être incapable de soulever la tête, il y a de bonnes indications d’une irritation des nerfs de la nuque et de la moelle épinière. Ce sont les symptômes reliés à une irritation des méninges : le méningisme.

Pour l’adulte :
Diluer un sachet (20g) de chlorure de magnésium dans 1 litre d’eau et boire un verre de ce liquide à tous les 60 minutes jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.

Pour l’enfant :
Suivre le même procédé, mais diluer le sachet de chlorure de magnésium dans 2 litres d’eau (demie dose), même fréquence.

Pour le bébé :
Mélanger le sachet dans 4 litres d’eau (quart de dose), même fréquence.

Retenons que le tétanos et la polio répondent également très bien au chlorure de magnésium.

(source : santé – nutrition)

Publicités

Magnésium : le bide, ou ce qu’on ne vous dit pas pour que ça marche !

Il est conseillé de ne faire que des cures de magnésium et celles-ci ne doivent excéder vingt jours. Et en effet, au-delà d’une quinzaine de jours, le magnésium ne semble plus faire effet. Or, hormis certains besoins spécifiques et occasionnels, pour être thérapeutique, la prise devrait se faire sur au moins trois mois. Pourquoi ces effets éphémères et comment était-il possible d’allonger cette limite ?

Le magnésium dans le corps se répartit de la manière suivante :

  • 65 % du magnésium se trouve dans les os (et oui, il n’y a pas que du calcium !)
  • 34 % se trouve dans les cellules
  • 1% se trouve dans le sang

Première constatation : le dosage du magnésium sanguin est totalement burlesque. Il ne révèle pas grand-chose puisque la majeure partie du magnésium est ailleurs ! Il serait nettement plus judicieux de doser son taux dans les cellules (dosage érythrocytaire du magnésium). Mais ce test n’est jamais prescrit. Et il en va de même pour toutes les autres constantes : on observe le sang, mais ce qui se passe dans les cellules est relégué au second rang (cas classique des métaux lourds qui n’apparaissent pas dans le sang, mais qui se stockent dans les cellules). Quant au magnésium osseux, il ne peut pas se doser.

Deuxième constatation : on a vite fait de saturer le sang en magnésium puisqu’on ne peut pas en mettre beaucoup ! Et c’est ce qui passe au fil des jours. Le magnésium pénètre rapidement dans le sang, mais sa biodisponibilité (capacité à entrer dans les cellules) est faible. Ainsi, en quelques jours, le sang se voit surchargé en magnésium. Il ne fait alors plus effet.

Le véritable rôle du magnésium

ampoules

Le magnésium participe à plus de 300 réactions métaboliques, mais nous pouvons synthétiser tout cela en deux rôles majeurs :

 

1 – Un dépolluant

Il est possible de considérer le magnésium comme un antidote des déchets dans le corps. Chaque fois que l’organisme produit ou est soumis à des toxines, il puise dans ses ressources magnésiques pour les évacuer. Ce qui explique pourquoi  80% de la population en serait en carence, puisque nous vivons dans un environnement moderne extrêmement pollué (colles, peintures, additifs, etc.).

Le stress produit beaucoup de toxines dans la mesure où le corps est placé sous tension pour y réagir. On pompe donc dans les ressources et les cellules sécrètent pas mal de polluants. Notons que n’importe quelle production hormonale devient elle aussi un polluant dès lors que l’organe cible ait été activé. Le foie est alors obligé de dégrader ce qui reste, comme des confettis que l’on balaie après la fête. Ceci est considéré également comme un stress, parce qu’il mobilise des ressources pour dégager ces résidus.

 

2 – Le bouton OFF

Le magnésium est cul et chemise avec le calcium. Pour se contracter, le muscle a besoin de calcium. Il permet le spasme. Pour se relâcher, le calcium échange sa place avec le magnésium. Nous avons ici affaire à un bouton ON/OFF, ou Action/Repos, rendu possible par le Calcium et le Magnésium. Sans magnésium, le bouton reste activé en position ON. Le corps reste en mode action.

Lorsque ce mode là a été enclenché, seul le magnésium peut le désamorcer. Le magnésium agit en quelque sorte comme un inhibiteur.

Magnesium_Bouton ON-OFF

Cette double casquette du magnésium explique son importance dans l’organisme, mais aussi pourquoi il est fortement probable qu’un grand nombre de personnes en soit en carence. Plus l’organisme est soumis à des toxines, plus les ressources magnésiques s’amenuisent et moins le corps peut se reposer, parce que bloqué en mode action. S’il ne se repose pas, il ne peut se dépolluer et fabrique encore plus de toxines. Il est pris dans un cercle vicieux, où l’individu voudrait dormir et récupérer, mais il ne peut pas parce qu’il manque la clé : le magnésium.

 

Les signes de carence prennent sens

Bloqué en mode action, les muscles sont en tension permanente, le système nerveux, lui, est excité sans relâche. C’est comme si vous faisiez un marathon incessant, totalement involontairement. Cette hyperexcitabilité nerveuse et musculaire auquel est soumis le corps, empêche toute récupération, ce qui explique tous les signes de la déficience en magnésium. Plus le déficit est important, plus il est expressif. Mais s’il est faible et chronique, il est insidieux, c’est-à-dire qu’il donne des troubles auxquels vous n’incrimineriez jamais cette carence. Et pourtant…

Voici par ordre d’évolution les troubles les plus courants :

  • Difficulté à s’endormir (pour sûr ! le corps est en tension permanente !)
  • Réveils nocturnes fréquents avec impossibilité à se rendormir ;
  • Au réveil, le matin, la personne est fatiguée ;
  • Le corps ne récupère pas. Il s’intoxine : impression d’être dans un brouillard au réveil avec sensation de tête pas claire (le premier organe à pâtir d’un sang pollué est le cerveau) et peau sensible et douloureuse, surtout au mollet ;
  • L’état d’épuisement débouche sur une fatigue psychique et des pertes de mémoire ;
  • Maux de tête (céphalées) et, dans un état d’épuisement avancé, des migraines ;
  • Palpitations, cœur qui bat vite ou plus fort ;
  • Spasmes viscéraux ;
  • Constipation, digestion lente et difficile,
  • Règles douloureuses (dysménorrhées)
  • Angoisse, spasmophilie (qui révèle des troubles entre calcium et magnésium !), vertiges ;
  • Irritabilité ;
  • Hyperémotivité ;
  • Hypersensibilité (bruits, odeurs et touché sont disproportionnés). La personne est véritablement à fleur de peau (physiquement) ;
  • Sensibilité à la douleur accrue (hyperalgie) ;
  • Crampes musculaires;
  • Tensions permanentes ;
  • Extrémités froides ;
  • Sensibilité aux variations climatiques et au froid;
  • Ne supporte pas les temps chauds non plus ;
  • Sensations nauséeuses dans le creux du ventre ;

Le corps se fragilise et devient hypersensible. Tout est vécu comme agressif. Or face à l’agression, les tissus réagissent comme les mollusques : lorsqu’on effleure l’escargot, il recroqueville brusquement ses antennes. Lorsque la cellule se trouve en situation de danger, elle « rompt le contact avec le milieu ressenti comme menaçant, se replie sur elle-même et concentre sa force à l’intérieur, afin de la réserver aux fonctions essentielles à la vie, ce qui lui permet de subsister »(loi de dilatation-rétraction énoncée par le docteur Claude Sigaud, médecin lyonnais du début du XXème siècle). Cette loi est importante en ostéopathie parce qu’elle débouche sur des tests palpatoires extrêmement fiables et précis. De plus, elle explique aussi bon nombre de maladies :

– Sur le plan physique : l’hypersensibilité chimique multiple, les migraines, etc.

– Sur le plan psychologique : troubles du comportement et de l’humeur, allant jusqu’à la dépression. Et c’est ce qu’a découvert une pédiatre nîmoises…

Principales origines de la carence en magnésium

Il n’y a que trois causes principales : une insuffisance en apport, des besoins accrus et une fuite cellulaire. En étudiant l’apport (les entrées) et son élimination (les sorties), les trois causes sont épluchées.

Les entrées

En France, l’apport nutritionnel recommandé est de 6 milligrammes de magnésium par kilogramme par jour, soit :

  • Pour un homme de 80 kg : un apport de 480 mg/jour ;
  • Pour une femme de 55 kg : un apport de 330 mg/jour.
  • 250 mg/jour pour un enfant.

Ce chiffre est un repère, mais il n’est pas fiable, en raison de la forte variation des besoins en magnésium selon l’état de santé et le mode de vie de la personne. Ce besoin fluctue même au cours de la journée ! Cet apport est, par exemple, plus important chez les adolescents en phase de croissance, chez la femme enceinte ou qui allaite (500 mg/jour). Et on ne parle pas encore des carences, où la quantité de magnésium journalière dépasse de loin le besoin théorique calculé plus haut !

Où trouver le magnésium ? Il provient essentiellement de l’alimentation : cacao, céréales complètes, légumes verts, oléagineux (amandes, noix, noisettes, etc.), légumes secs (haricots, lentilles, pois cassés, etc.) et certaines eaux minérales. Malheureusement, d’autres données révèlent que la meilleure eau à boire pour l’homme est celle qui est la moins minéralisées, chose que je partage. Quand on boit, l’organisme réclame de l’eau et pas de la nourriture (les minéraux sont des nutriments, petits certes, mais des nutriments quand même !).

Voici les principaux aliments qui fournissent le plus de magnésium : 

Valeur des aliments en magnesium

Quand on voit ce tableau, on a envie de se jeter sur le chocolat (d’ailleurs, la compulsion au chocolat trahit une forte carence en magnésium !), mais c’est une mauvaise tentation, dans la mesure où la forte teneur en sucre détruit tous les bénéfices des micronutriments qu’il est censé apporter. Optez pour un chocolat de qualité à 70% de cacao où le premier ingrédient sur la liste n’est pas le sucre. De celui-là, vous pourrez en donner aux enfants. Quant au maïs, s’il n’a pas la mention « sans OGM », n’en achetez pas. Privez-vous en !

Seul un tiers du magnésium que nous ingérons sera absorbé par les intestins. Le reste part avec les selles. Il faut donc revoir ce tableau à la baisse! Voilà que le tableau s’appauvrit fortement.

Les sorties

Le magnésium est éliminé par les reins, mais aussi par la peau, ce qui fait que la sudation – les fortes chaleurs, l’effort, le sport, les bouffées de chaleur et les dérèglements pancréatiques (qui font transpirer la nuit) – épuisent nos ressources minérales. Mais d’autres facteurs provoquent également sa fuite :

  • Certaines affections rénales (pyélonéphrite répétitives et autres pathologies rénales);
  • L’alcool et le café (qui augmentent son élimination par les reins);
  • Les stress physiques ou émotionnels (le cortisol sécrété en cas de stress augmente la fuite magnésique),
  • La malbouffe (générant une quantité colossale de toxines et donc la mobilisation faramineuse des minéraux dont le magnésium essentiellement);
  • Certaines traitements médicamenteux : diurétiques, anti-inflammatoires, pilules, corticoïdes et psychotropes (antidépresseurs, etc.). « Inversement, la vitamine D accroît l’absorption intestinale et l’insuline favorise la pénétration intra-cellulaire».

Pourquoi les cures de magnésium ne suffisent-elles pas à combler nos manques ?

Parce que si le magnésium entre facilement dans le sang, sa biodisponibilité (capacité à pénétrer dans les cellules) est faible. Or le sang ne peut contenir qu’1 % du magnésium total. Il arrive donc vite à saturation. Ainsi, en quelques jours, le sang se voit surchargé en magnésium et ce dernier ne fait alors plus effet. Pire, vous vous retrouvez avec tous les signes contraires à ceux recherchés. Pour éviter cette « intoxication », il faudrait que le magnésium entre plus facilement dans les cellules, là où il est indispensable. Il peut alors aussi être filtré par les reins, ce qui permet le retour à un taux normal dans le sang.

Le corps n’aime pas les extrêmes. C’est une règle et elle se vérifie aussi pour le magnésium. L’organisme est un moteur qui – lorsque tout se passe bien – ronronne. Mais les défectuosités sont des hics dans la machine… et la nôtre est silencieuse. Tout se passe à bas bruit et les répercussions physiques n’apparaissent que bien plus tard, donnant l’impression qu’elles viennent sans raison apparente. En réalité, n’importe quel symptôme, même le plus anodin, est à prendre avec intérêt parce qu’il trahit déjà une anomalie de la machinerie à laquelle il va falloir répondre. Les premiers vices se font sentir sur l’état de conscience. L’esprit perd en clarté.

En prenant du magnésium, l’organisme peut enfin se reposer et se désintoxiquer. Les effets sont appréciables : on est plus alerte, plus disponible et on ne réagit pas de manière exagérée et disproportionnée aux événements du quotidien. Lorsqu’on se met en colère, elle s’exprime puis fond comme neige au soleil. Cela ne dure pas une éternité et ne se transforme pas en rancœur. On ne rumine plus. On a enfin accès au bouton « OFF » de notre machine. Quel soulagement ! Mais progressivement, le sang se surcharge en magnésium. Les effets bénéfiques s’évanouissent graduellement. Après vingt jours, il ne fait plus effet. On est déçu.

La solution

Une alimentation riche en céréales complètes, légumes secs et oléagineux suffit à combler les besoins du corps, mais pour rattraper une carence – surtout si elle est importante – alors qu’elle touche au fonctionnement fondamental de l’organisme, un apport spécifique est obligatoire (et le chocolat ne suffit pas !). Malheureusement, il existe une barrière temporelle qu’il va falloir lever si on veut dépasser les 20 jours habituels recommandé et rendre le traitement efficace. Parce qu’à l’état actuel, la prise de magnésium classique se solde par un échec : au bout de quelques jours, il ne fait plus aucun effet.

Le chainon manquant : le silicium

Ce minéral ouvre les portes de la cellule au magnésium.

 

Silice colloïdale en gouttesOù trouver la Silice ? Tout d’abord, il ne faut pas confondre silice colloïdale (naturelle) et la silice organique (de synthèse). Ce n’est pas la même chose. La silice organique est un terme fallacieux parce qu’il laisse supposer qu’elle est naturelle. Elle a profité à certains fabricants qui l’ont adjoint d’un coup marketing malhonnête (le G5 par exemple) faisant croire à un complot gouvernemental contre un produit supposé miracle. La silice colloïdale, elle, se trouve en pharmacie, sans ordonnance, sous le nom de Dissolvurol goutte et sous la forme d’un flacon de 45 millilitres, pour moins de 10 euros.

Le magnésium

Parmi toutes les formes de magnésium que l’on nous propose, certains se vendent exclusivement en pharmacie, d’autres en magasin diététique. Les uns sont-ils meilleurs que les autres ? Ceux de la pharmacie ne garantissent guère leur efficacité, bien que les formes les plus simples, comme le sulfate et le chlorure de magnésium, suffisent amplement. Elles sont aussi moins chères.

Le sulfate de magnésium, lui, est un engrais important en agriculture. Le magnésium est un des principaux constituants de la chlorophylle produite par le règne végétal. On peut donc en trouver en très grande quantité pour trois fois rien dans les comptoirs agricoles. Il est donc possible d’en faire des bains (bain de Sels d’Epsom) : 1 à 1,5 kg dans l’eau du bain. Détente garantie !

En magasin bio, vous trouverez du magnésium marin. Les quelques personnes qui l’ont testé n’en éprouvent pas les bénéfices décriés pour le chlorure de magnésium. Certaines présentent même un inconfort gastrique gênant. Même si les vendeurs affirment sa grande biodisponibilité et que ça a le mérite d’être naturel, je ne suis pas certain qu’il s’agisse de la meilleure forme assimilable.

Rapport conditionnement/qualité/prix/efficacité (et cela dépendra de chaque individu), les deux produits les plus intéressants sont :

 

  • Magnesium 300+ de chez BoironMagnésium 300+ de chez Boiron. Il a l’avantage d’être disponible en pharmacie et coûte entre 5 et 10 euros. A mon étonnement de la marge d’une des pharmacies, on m’a répondu que ce n’était pas un produit habituel. J’ai du mal à comprendre, surtout quand on travaille avec Boiron en flux tendu pour les remèdes homéopathiques. Toutefois, bien qu’il soit de Boiron, ce magnésium n’est pas un produit homéopathique. Il s’agit bien de matière physique et non d’une information sur un support sucré.

 

Magnésium 6 en 1 de chez MBEMagnésium 6 en 1

        de chez MBE. Il se trouve dans certains magasins diététiques, sur le net, mais pas en pharmacie. Il se présente sous forme de comprimés à avaler, facilement sécable en 2. Les polysensibles ont l’impression qu’il agit plus efficacement que le premier.

L’absorption du magnésium étant plus importante quand son apport est faible, il est préférable d’étaler sa prise sur la journée :

– 1 comprimé matin, midi, 16 h et le soir pour le Magnésium 300+ de chez Boiron.

– ½ comprimé toutes les 3 heures pour le Magnésium 6 en 1 de chez MBE.

En veillant à respecter la dose correspondante à sa morphologie.

Les vitamines B

La vitamine la plus communément ajoutée au magnésium est la vitamine B6. Elle est naturellement présente dans la volaille, les foies (bœuf, agneau, veau), les bananes, différentes formes de choux, les tomates, les épinards, les pommes de terre, etc. Il va de soi qu’il s’agit de produits de qualité ! Fruits et légumes frais, cueillis mûrs, et d’animaux vivants, sains, élevés sans antibiotiques et sans hormones, et non pas de cette alimentation malade à laquelle nous avons droit et dont les publicités sont obligées de mentir pour nous persuader de les acheter. Un bon produit n’a pas besoin de publicité.

Dans les compléments alimentaires, c’est sous la forme de pyridoxine que la vitamine B6 est administrée. Elle agit tout comme le magnésium sur le système nerveux (elle participe à la biosynthèse de la sérotonine. Si cette dernière venait à faire défaut, elle affecterait l’état émotionnel, allant jusqu’aux dépressions sévères), mais permet en plus l’absorption du magnésium. C’est pourquoi la plupart des fabricants proposent actuellement des formules magnésium + vitamine B6. Cependant, je n’ai jamais été choqué par les résultats spectaculaires des malades à qui on avait prescrit ces médicaments sur ordonnances. C’est pourquoi je ne me suis pas orienté vers ces produits de la pharmacopée.

Il faudrait encore parler de la Vitamine B1. Son absence dans notre alimentation a des effets catastrophiques sur notre organisme : insuffisance cardiaque, troubles neurologiques, etc. L’organisme humain n’étant pas capable de produire la vitamine B1, elle est ajoutée automatiquement dans les produits raffinés, comme la farine par exemple (sans qu’il soit nécessaire de l’y noter), au risque de développer le béribéri, maladie grave observée dans les populations ayant modifiées leurs habitudes alimentaires, remplaçant les produits locaux et de saisons par des produits raffinés.

Les vitamines B se trouvent dans l’écorce des céréales et activent les enzymes digestives qui permettent la digestion des graines dont elles sont issues. Mais pour pouvoir les extraire du son de la céréale (l’écorce), encore faut-il mâcher. La salive, première étape de la digestion, désagrège l’enveloppe et active les vitamines.

Magnésium 300+ de chez Boiron et Magnésium 6 en 1 de chez MBE en comportent, ainsi que bien d’autres éléments tout aussi important pour son absorption. Cependant, il me semble qu’en mâchant les comprimés Magnésium 300+, le produit aurait plus d’effet. A vous de tester.

Un protocole qui comble les carences

Récapitulons :

    1. Calculez votre apport quotidien (6 mg/kg/jour)
    2. Prenez du magnésium continuellement, en fonction de la valeur que vous trouvez. Vous pouvez même dépasser légèrement la dose puisqu’il est fort probable que vous êtes en carence.
    3. Répartissez la prise sur la journée en petites quantités. Pour le comprimé de Magnésium 300+ de chez Boiron, mâchez-le. C’est important pour l’assimilation des vitamines B. Pour le Magnésium 6 en 1 de chez MBE, cassez les comprimés en deux et avalez des demi-comprimés. La prise de magnésium se fait de manière régulière, quotidiennement et étalée dans la journée.
    4. Les signes de carences que nous avons vu plus haut disparaissent. Mais au bout d’une dizaine ou d’une vingtaine de jours, alors que la prise est respectée, ses effets baissent, voire disparaissent. Le magnésium n’agît plus. Dès lors, lorsque les effets du magnésium disparaissent, prenez 15 gouttes de Silice dans un verre d’eau ou sous la langue après la prise de magnésium. Prenez 15 gouttes le matin, à midi et le soir. Il ne faut pas beaucoup de Silice pour l’organisme. Mais soyez rassurés : on peut prendre jusqu’à 60 gouttes par jour.

En clair :

  1. Le magnésium se prend continuellement ;
  2. La silice se prend occasionnellement, au besoin, lorsque le magnésium ne fait plus effet.

Renouvelez la prise de Silice au besoin (quand le magnésium n’agit plus). Dr Cathy Bonan déconseille de prendre la silice systématiquement, en continu. Il ne faut pas que le corps s’habitue : la silice doit pouvoir agir rapidement lorsque le corps en a besoin.

Mais cette remarque est valable pour le magnésium également : il est plus intéressant de faire des cures de 3 mois, entrecoupées d’un mois de repos, que de le prendre in aeternum.

Comme il est difficile de se rendre compte de la baisse d’efficacité du magnésium, il parait enfin intéressant d’automatiser la prise de silice : tout au long de votre cure en magnésium, prenez tous les 15 jours, 15 gouttes de silice le matin, à midi et le soir (sur une seule journée donc, qu’on renouvelle tous les 15 jours).

Il s’agit là de la manière la plus simple de se compléter en magnésium en s’assurant que le corps l’absorbe bien.

Conclusion

L’association Magnésium + Vitamines B + Silice (sporadiquement) permet de prolonger la prise de magnésium sur plusieurs mois. Dr Rath, cardiologue réputé dans sa bataille contre la mafia pharmaceutique et pour le droit à la guérison des maladies contemporaines, affirme que l’hypertension artérielle se traite facilement en comblant les carences de vitamine C, de magnésium et d’un acide aminé appelé Arginine. Mais ce qu’il ne dit pas, c’est qu’il faut le prendre sur plus de trois mois, et qu’il est difficile de prendre le magnésium plus de 20 jours… sauf si on connaît le secret de la silice. Quant à l’arginine, elle se trouve facilement sur la toile (Supersmart par exemple).

(source : conscience et santé)